Le col de la Cayolle et l’arrière pays

Journal de bord #4

Plus sous forme de journal de bord voici la suite de notre premier article sur les Alpes ( Où fait-il bon vivre #2 ) entre le col de la Cayolle dans les Hautes Alpes et notre arrivée en côte d’Azur, avant de prendre le Ferrie pour la Corse.

 Le col de la Cayolle enneigé !

 Par où on passe ?

 Chez Paquito notre hote qui nous a heberge genereusement apres l’averse du col

 À Puget theniers sous un abri bus alors que l’orage cogne

Avant de nous retrouver sur cette île d’émerveillement, la Corse, il nous fallait d’abord quitter les Alpes pour rejoindre la côte d’Azur. En route pour le col de la Cayolle nous avons été rattrapé par la pluie. Submergés d’eau, nous dûmes écourter notre chemin pour nous réfugier au chaud. Nous avons ainsi débarqué à l’improviste chez un hôte Warmshower qui nous avait été référencé par une autre cycliste en le citant comme être « le meilleur des hôtes ! » Et il est vrai qu’il a su nous accueillir comme il se doit sous une averse glacée par le vent du col enneigé et su réchauffer la place avec ses histoires et le feu de bois. Une superbe rencontre remerciée par la pluie. 


Le lendemain, le soleil était avec nous, mais seulement pour un certain temps lorsqu’un orage nous frappa dessus en arrivant à Puget Thénier. Misère que cette pluie s’abattant sur nous, nous laissant à l’abandon avec pour seul refuge un abris bus en espérant trouver une solution, sans penser que cette averse s’arrêterait. Nous avons eu l’occasion d’aller à la rencontre de quelques habitants afin de se renseigner sur les environs (refuge, camping, abris…) mais les femmes du café d’en face ne furent point aidantes avec leur réponses sèches et stupides « y’a plus de place ici »,  » non y’a aucun abris dans cette ville »…. Nous sommes resté un peu consterné et mal blotis avec une immense déception de ce coin qui semblait mignon. Pas très accueillant par ici, que ce soit les gens où la pluie, il ne restait plus qu’à prendre sur nous. Puis c’est soudain que la pluie se calma pour laisser place à un soleil radieux qui nous accompagna de tout ses rayons jusqu’au jour suivant. Une issue de secours qui tombait à temps et qui nous permis de reprendre la route et de gravir le col St Raphaël. Mais c’est avec une fatigue étrange et un mal de tête étourdissant que Rose du pédaler et nous obligea à avancer très lentement. Nous arrivâmes toutefois à pique et nous nous mîmes à la recherche d’un bout de terre pour y mettre notre tente quand une petite cabane forestière nous proposa le gîte pour la nuit.

Le lendemain, nous étions à quelques kilomètres d’un petit village Sigale où commença notre descencion au milieu de montagnes et de falaises verdoyantes nous faisant imaginer des paysages d’Italie avec des petits villages de pierres couleurs chairs batient sur le flan des pentes rocheuses qui apparaissaient tel des mirages au milieu des arbres.
Lieu splendide et vierge où chaque villages semblent avoir son histoire. Un petit coup de coeur pour cet endroit nous a semblé possible jusqu’au moment où Porsche et Cabriolet nous coupèrent la route à tout allure. On arrivait petit à petit sur la côte d’Azur, envahit de voiture de course ou de luxe manœuvré par des fous du volant inconscient du danger des routes zigzagués. Le cauchemar…

Ensuite nous fîmes une halte à Mougins chez notre amie Juliette et sa petite famille 🙂

Nous avons passé une petite tête à Canne pour admirer les yachts et les villas.

Puis nous sommes allés chez de vieux amis des parents de Rose, Michel et Annick à Vallauris, une très jolie ville avec des ruelles charmantes et colorées que l’on a bien aimé.

(on parle, on parle et aucune photos de disponibles ! nous sommes entrain d’arranger ce petit problème afin de décorer nos paroles de nos photos, on espère le faire vite, sinon et bah il faudra venir à l’exposition amigos !!!)

Et pour finir, nous avons passé une nuit à Nice et avons visité cette ville plutôt incroyable de par sa côte envahit de maison et de building (Cannes suit le même modèle), son centre fort fort charmant, sa longue promenade décorée de palmiers, de roller-girl et promeneurs à bicyclette électrique, sa plage de galet envahit d’humains et l’incontournable et invraisemblable aéroport qui passe juste au dessus de nos têtes faisant un beau boucan !

Posts created 45

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles similaires

Commencez à saisir votre recherche ci-dessus et pressez Entrée pour rechercher. ESC pour annuler.

Retour en haut